12 août 2012

Le reflet des livres

Il est des moments où le nom d'un blog trouve amplement sa justification. Ainsi ce Jusqu'à Faulkner de Pierre Bergounioux (L'un et l'Autre, Gallimard) dans lequel je musarde cet été est truffé de marque-pages1: je n'en suis pas au tiers de la lecture et il paraît tel un atoll de beaux instants de réflexion émergeant de l'accalmie livresque estivale. 
Aussi et afin de ne pas laisser ce blog dormir trop sous les rayons d'un soleil enfin hardi sous ma latitude, il est cette page-ci que je tiens à marquer pour partage:

(...). Le reflet qu'on découvre aux pages des livres, quelque imparfait qu'il soit, peut passer pour la réalité. Lire n'est pas une opération neutre, l'enregistrement passif d'un fait préconstitué. Nous projetons notre expérience dans l'image qui naît des caractères imprimés. Nous contribuons dans une mesure décisive à l'évènement très particulier qui mêle des personnages fictifs aux êtres de chair parmi lesquels nos jours se passent, des objets impalpables à ceux, solides, palpables qui mêlent l'espace. Nous corrigeons à notre insu, les approximations ou les lacunes de la narration. D'une indication succincte, d'un nom, d'une simple initiale, K, nous tirons quelque chose, quelqu'un dont la destinée peut nous intéresser au même degré que celle d'un objet matériel, d'une personne vivante. Le travail irréfléchi, correcteur, créateur de la lecture peut s'accomoder d'un matériau médiocre, rectifier l'imperfection des éléments qui ous sont livrés, sur le papier. Ainsi notre vie s'étendra-t-elle au-delà des limites, situées et datées, où elle est cantonnée. C'est miracle qu'une poignée de mots enfermés dans les pages d'un livre contiennent, comme des graines dans un sachet, la promesse d'univers foisonnants, colorés, si persuasifs et détaillés qu'ils rivalisent avec celui que nous habitons à l'enseigne de la réalité.

1 Marque-pages virtuels car j'ai depuis longtemps abandonné signets et bouts de papier au profit de rappels et annotations sur liseuse électronique à laquelle je fais entière confiance. (Pour rappel, ma fidèle liseuse Sony PRS-T1, je la cite très volontiers car ceci me vaudra quelques visites supplémentaires sur le blog, de la part de celles et ceux, et ils sont nombreux, en quête d'informations sur les outils électroniques contemporains).

Commentaires




Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire