6 février 2014

Prurit

© DanseraParis.fr
Cher illustre professeur et ami, 
Malgré que le temps passe, cher illustre professeur et ami, il suspend parfois son vol au gré des bons souvenirs, et c'en est un que de me rappeler de vous et du temps où vous fûtes mon pédagogue éclairé et moi votre zélé disciple en cette Babylone moderne qui a nom Paris, comme l'a si bien chanté Édith Piaf et autres, et mon nom de suite vous remémorera ma personnalité : Démosthène Athanase Leblanc, fils de Leblanc père et fils, agrumes en tous genres et manioc, aujourd'hui ministre de la culture en mon cher pays natal grâce à vos soins diligents qui firent de moi, simple fils de négociant, un distingué Normalien. [...].
Or donc par conséquent, voici l'aventure : élève surdoué disiez-vous complaisamment, et nanti d'un tempérament poétique aussi bien que littéraire, je taquinais la muse en mes années studieuses puis me hissais bon an mal an jusqu'aux rigueurs de la prose, art où d'après Iphigénie ma légitime épouse que je charmais et réjouissais le soir de mes lectures phoniques, j'excellais. Il advint qu'étant inspiré soudainement d'un prurit intense et romanesque, enfourchant les chemins battus naguère par les Flaubert, Balzac et autres Proust (vous pouvez constater que rien ne m'est sorti de la tête de vos pieux enseignements) et nonobstant ma modestie proverbiale, je composais d'un trait tout à trac en moins de dix-huit mois une manière de chef-d'œuvre où foie d'animal tout était dit et dûment consigné : la vie agreste de nos campagnes, nos mœurs bucoliques quoique vertueuses, mes amour anales avec un enfant du désert échoué là par le plus prodigieux des hasards consécutif à un mouvement préfectoral, nos ébats et nos rêves d'adolescents pubères, nos idylliques vagabondages en vélo le long du chemin de fer d'intérêt local, et bien d'autres encore, savoureux et tout à fait vécus, les recettes de ma grand-mère, l'excision de ma petite sœur le jour de sa première communion, et comment on triche au rami, et la meilleure façon d'épouiller les cochons, bref une mine et un trésor d'anecdotes, de bons conseils et de franche rigolade, sans oublier la pointe d'émotion, quelque chose de total et de cosmique mais structuré aux petits oignons et en même temps rédigé dans une langue superbe, la vôtre, cher illustre professeur, celle-là même que vous m'enseignâtes et apprîtes, les points bien sur les i et le logos toujours maîtrisé à la façon d'un Homère ou d'un François Mauriac. [...].
[...].
Démosthène Athanase Leblanc
 Ministre de la Culture
République de Bokata
Jean Forton - Toutes les nouvelles [*]

[*] La publication de cet extrait  ne souhaite en aucune façon véhiculer des préjugés racistes. 

Commentaires






Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire