12 octobre 2014

Les diaboliques

En fouillant et déménageant les bibliothèques de gens de mon âge, nés avec les années cinquante, j'ai souvent noté le patronyme "Boileau-Narcejac" en séries de petits livres que je me promettais de rencontrer un jour. Chose faite tardivement, je m'aperçois que le trait d'union cache une paire de vénérables auteurs de romans policiers disparus avec le siècle précédent. Pierre Boileau et Thomas Narcejac ont collaboré depuis 1950 pour l'écriture de romans policiers, dont Celle qui n'était plus, leur deuxième écrit, qui a fait leur renommée internationale.

Ils partent de l'idée qu'il y a plus dans deux têtes que dans une : «Nous avons voulu faire du roman policier un roman tout court, et comme nous ne voulions pas renoncer au mystère qui est pour nous l’essence même du roman policier, il était presque indispensable de travailler à deux, l’un s’occupant presque uniquement de la mécanique sans beaucoup tenir compte des personnages, l’autre s’occupant surtout des personnages indépendamment du premier.» Les rôles ne sont pas figés. Mais c’est plutôt Boileau qui assure l’intrigue, et Narcejac la psychologie des personnages. Leur premier écrit en 1951, L’ombre et la proie, est pour eux une simple maquette et ne paraît d’ailleurs en librairie qu’en 1958, sous le pseudonyme anagrammatique d’Alain Bouccarèje. Mais leur deuxième, Celle qui n’était plus (1952), pourtant refusé par la plupart des maisons d’édition avant Denoël, est un coup de maître. » (Voir l'article complet sur À l'ombre du polar).
Fernand, un modeste représentant de commerce marié à Mireille, décide de la tuer avec l'aide de sa maîtresse, Lucienne, femme médecin avec qui il souhaite partager des jours paradisiaques dans le Sud. L'assurance sur la vie de l'épouse garantira leur bonheur. Mais voilà, noyée dans une baignoire au terme d'un sombre guet-apens, puis jetée sans vie dans un ruisseau, Mireille réapparaît. Le cauchemar commence pour Fernand. Il faudra attendre l'épilogue de ces manipulations diaboliques pour voir le mystère s'éclaircir, la toute dernière réplique apportant encore son poids à l'intrigue. Le roman a été adapté au cinéma par Henri-Georges Cluzot dans Les diaboliques (1955).
Le style de ce roman noir rappelle Simenon avec la part importante prise par la psychologie (voire la métaphysique). Je trouve que les Maigret sont plus laconiques, les descriptions et réflexions intérieures moins amples. Chez Boileau_Narcejac, ils attisent la tension, retardent fort la progression de l'intrigue à laquelle le lecteur est vissé. D'où le suspense soutenu, que personnellement je ne perçois pas de manière si aiguë dans les enquêtes du commissaire. 
Si comme moi, vous êtes passé à côté du duo d'auteurs, pariez sur les frissons et tensions de leurs romans d'atmosphère. Voilà lsite pour tout savoir sur le duo. 


16 commentaires:

  1. je crois en avoir lu dans mon adolescence mais j'ai oublié les titres à part les Diaboliques mais là c'est plutôt à cause du film qui à l'époque avait un parfum de soufre

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Si je les ai lus adolescent, j'ai oublié. Je me demande si le film reprend le roman, je crois que certaines photos du film montrent que George-Clouzot s'en éloigne assez.
      Bon dimanche.

      Supprimer
  2. Pas vu le film mais lu le livre, que j'avais beaucoup aimé...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui Pascale, j'ai lu votre bel article sur Calou. Je n'ai pas vu le film non plus.
      Passez un bon dimanche.

      Supprimer
  3. Je l'ai lu, mais je ne m'en souviens pas. Le film m'a nettement plus marquée. Comme Dominique, j'ai dû en lire quelques uns, mais lesquels ? Bonne fin de journée (sous la pluie chez moi)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Trouvez-vous que ces histoires soient démodées ? J'ai du plaisir à lire (ou relire, mais rarement) d'anciens thrillers. On ne saurait, aujourd'hui, réinventer tout à fait ce qui existe déjà, me dis-je, sinon l'accommoder à d'autres sauces au goût du jour. Or, comme les recettes d'autrefois me conviennent bien...

      Supprimer
  4. Je viens de lire avec délice les 10 polars de Maj Sjöwall et Per Wahlöö; Boileau-Narcejac m'attendent...je reviendrai vous dire s'ils me semblent "démodés"..
    Bonne semaine Christian!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ah très bonne idée de m'aiguiller vers cet autre duo : je viens d'en télécharger neuf en vrac.
      Ils offrent également un bon témoignage sur l'évolution du «modèle suédoise».
      Échange vraiment très fructueux, merci Colette, bonne semaine.

      Supprimer
    2. Ah les 10 polars suédois, que du bon !
      Quant à Boileau-Narcejac j'en ai lus quelques-uns, toujours bien fait.

      Supprimer
    3. Dans ceux que j'ai téléchargé, il manque Les terroristes, le dixième. Merci du conseil !

      Supprimer
  5. Je n'ai pas lu le livre mais j'adore le film de Clouzot que je re-regarde avec toujours autant de plaisir.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Décidément, il n'y a que moi qui ne l'ai pas vu. Je vais tenter de le trouver, sûrement à la médiathèque.

      Supprimer
  6. Non, je ne trouve pas les histoires démodées ; le contexte est lié à une autre époque, mais elles tiennent la route. J'apprécie aussi l'absence de surenchère dans le glauque et le sang, si présente actuellement. Il me semble que les histoires étaient également plus proches de la vie réelle, mais je me trompe peut-être.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'avoue que j'ai du plaisir à me plonger dans ces romans policiers d'une époque où il y avait une certaine tenue : moins de crudité, de sang gratuit et le sexe remis à sa place normale. (Cela ne me choque pas mais ce n'est pas utile si l'intrigue ne se situe pas dans un milieu qui le justifie).
      Je crois que vous avez raison, Aifelle, j'ai eu l'impression avec ce Boileau-Narcejac, de me trouver dans la vie normale, c'était plausible. De même les "Maigret" restent tout à fait dans le quotidien, en fin de compte.
      Bonne fin de journée.

      Supprimer
  7. Vérification faite, il n'en reste plus dans ma bibliothèque. J'en ai lu, mais les titres ?
    J'ai quasi abandonné la lecture des romans policiers, les séries télévisées si abondantes dans ce genre me suffisent. Mais j'y reviendrai peut-être un jour.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ce que vous dites-là est tout simplement la raison pour laquelle j'en lis peu. Il y a beaucoup de thrillers réussis à l'écran, en longs métrages principalement, mais moins en séries selon moi.
      J'accorde pour ma part beaucoup d'importance à l'atmosphère, au côté désuet de certains livres policiers.

      Supprimer