19 décembre 2014

Salon littéraire

Bon, au lieu de discuter du livre, nous pourrions discuter
 des raisons pour lesquelles aucun de nous ne l'a lu.


24 commentaires:

  1. Ce serait drôlement intéressant ! Et pourquoi pas ajouter la liste de chacun des livres non lus volontairement, ce serait éclairant sur nos désirs, attentes et personnalités :-)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'ai déjà pensé faire des chroniques sur les livres que j'ai du abandonner, ce serait peut-être éclairant pour les autres, mais c'est si triste de parler de ce qu'on n' a pas aimé.
      J'espère que les gens réunis sur ce dessin ne font pas partie d'un jury littéraire...

      Supprimer
  2. Je pensais plutôt à ceux que l'on refuse de lire...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Dis moi ce que tu aimes, je te dirai qui tu es...

      Supprimer
  3. Dis-moi ce que tu écris, je te lirai qui tu es
    ;-)

    RépondreSupprimer
  4. Dis-moi ce que tu ne veux pas lire et je te dirai... quoi ? ;-)
    Comme Pascale, je pense que l'exercice serait très révélateur.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. De toutes les raisons qui nous font repousser des livres, il faudrait soustraire celles qui obéissent au caprice, à la fantaisie du moment, à la disponibilité et nous établirions sans doute, à partir de nos refus catégoriques, un portrait «en creux» du lecteur – de la personne ? – que nous sommes.

      Supprimer
  5. Évidemment Christian, mais cette liste est également valable pour tous les livres que l'on lit, même partiellement. La lecture est tellement subjective et dépendante de tant de paramètres... Je trouve quant à moi beaucoup plus fort (et drôle) de tenter d'argumenter un refus net et clair.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Dans cette optique, ce serait amusant de créer des contre-blogs, avec des contre-chroniques (ou des chroniques contre) dans lesquelles nous déversions à coups d'arguments fielleux notre détestation de ces p... de b...de m... de bouquins à la con dont on n'a rien à cirer et qui polluent les rayons des libraires.
      ;-)

      Supprimer
    2. Avec le risque de finir par faire une publicité indirecte aux livres visés....
      Mais effectivement ce serait drôle et... quelquefois, très libérateur !

      Supprimer
  6. Je suis d'accord avec tout ce qui a précédé. Il y a en effet des livres que je refuse catégoriquement d'ouvrir, ce sont les plus vendeurs en général. J'ai lu récemment dans la presse internet qu'il y avait des logiciels espions sur les liseuses et qu'ils sont dorénavant capables de dire quels sont les livres lus jusqu'au bout et ceux qui ont été abandonnés. J'aimerais bien avoir confirmation de cette info. Il semblerait que les gros vendeurs, style Zemmour, sont en réalité peu lus.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ce que vous dites à propos des liseuses est techniquement possible (des cookies au fond), à condition que les appareils soient connectés pour permettre un retour de l'information vers le vendeur enquêteur espion. Je ne possède toutefois aucune information vérifiée là-dessus, je serais heureux d'en avoir si vous retrouvez les sources.
      Zemmour et son suicide, voilà le livre que je ne lirai jamais, vous me l'offrez sur un plateau, merci Aifelle. Toutes ces assertions réactionnaires épidermiques résultent d'une analyse sociétale sommaire et ne résistent pas à une réflexion bien fondée. Même s'il nous arrive à tous de dire que «c'était quand même mieux avant». Qu'il soit peu lu prouve que ceux qui s'y vouent sont des personnes incapables de lire une argumentation, soit-elle primaire et racoleuse, pendant plus de vingt pages (Zemmour c'est 550).
      Bon week-end.

      Supprimer
  7. Je n'entre pas dans le détail mais, dans ce que je ne lis pas - a priori et à quelques exceptions près - il y a
    les grosses ventes et tout ce qui est prescrit "médiatiquement"
    les machins branchés ou "qu'il faut voir lus" et qui peuvent emmener directement à un politiquement correct épuisant de connivence ou d'entre-soi. Je suis très sensible à la posture, jamais loin de l'imposture.
    Enfin, si j'arrive -rarement il est vrai- dans les contrées ci-dessus, c'est au fil d'un itinéraire que j'ai choisi et construit tout seul "comme un grand" !!! Et pour le reste j'ai plein de choses à lire que je m'autoprescris !
    Même démarche en musique, au passage !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. La posture n'est jamais loin de la contenance qui prive des meilleures sensations littéraires.
      L'auto-prescription en matière de lectures est une bonne hygiène littéraire en veillant toutefois à ne pas pratiquer l'autophagie qui consiste à ne lire que ce qu'on est, que ce qu'on connaît et assimile trop bien. Au risque de sous-nutrition à coup d'Harlequinneries ou de Superman en comics.

      Supprimer
    2. Dans l'autoprescription, il y a forcément (et indispensablement) les graines semées par ci par là dans les échanges et discussions amicales, les passages en médiathèque et même, bloguiennes comme ici-même avec Carver
      ;-)

      Supprimer
    3. Mais bien sûr, les blogs amis servent à nous diversifier, à nous enrichir, à évoluer peut-être et en évoquant l'autophagie, je songeais plutôt à des lecteurs qui se cantonnent à des livres trop faciles sans jamais tenter de sortir de soi.
      Bon week-end K !

      Supprimer
  8. Par manque de temps, il faut choisir, alors on sélectionne même sans s'en apercevoir. Quoique je répugne à certaines lectures (a priori?)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Peut-on lire de tout ?
      Il faut évidemment se méfier des a priori trop marqués mais je trouve qu'il y a des livres qui véhiculent des idées totalement à l'opposé de quelques certitudes éthiques ou littéraires avec lesquels il n'est pas souhaitable de flirter.

      Supprimer
    2. exact... Chacun trouvera des exemples récents. ^_^

      Supprimer
  9. J'aime beaucoup :-)
    Il faut dire qu'avec l'avalanche de livres qui sortent chaque année, il est bien difficile de choisir, et franchement impossible de tout lire !
    Exemple de livre soigneusement évité cette année : les mésaventures de Mme l'ex-présidente...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Il paraît que Madame l'ex est aussi critique littéraire. Je en sais pas si elle est plus compétente là...

      Supprimer
  10. Bonsoir Christw, le dessin et sa légende me font penser à l'essai de Pierre Bayard: Comment parler des livres que l'on n'a pas lus : pas très facile mais intéressant. Bonne fin d'après-midi, bon réveillon en famille.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ah oui, un livre que je n'ai pas lu, je le remets dans mes projets. C'est vrai, intéressant mais je me demande si l'on ne doit pas réserver ce genre d'attitude à des pros qui sont dépassés par leur emploi du temps. À mon niveau, je n'écris que sur des choses que j'ai lues tout comme vous écrivez sur les films que vous avez vus.
      Je relis votre billet sur ce livre, avec les notions de livres-fantômes, de livres-intérieurs, cela m'intéresse.

      Bon réveillon Dasola, passez un Noël heureux et serein.

      Supprimer