10 mars 2015

Monde de l'image

Mais ne vit-on pas aujourd'hui dans un monde où les images remplacent le réel ? Je pense souvent à l'histoire de la grand-mère dans un square qui promène un enfant dans une poussette. Un quidam lui dit : « Oh, vous avez un ravissant petit enfant.»  Et elle, farfouillant dans son sac : « Attendez, ça n'est rien, vous n'avez pas encore vu sa photo !»

Jean-Jacques Scuhl - Obsessions

© MaxiTendance

28 commentaires:

  1. Bien ... vu !
    Et donc l'image du monde etc..etc..

    RépondreSupprimer
  2. En serait-on au stade où l'image déréalise plus qu'elle ne montre ?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je pense que ce n'est grave qui si on n'en est pas conscient ;)

      Supprimer
  3. Pour ma part, ne cessant de voir des gens en train de se photographier eux-mêmes, je suis stupéfaite de l'incroyable narcissisme ambiant...
    Ca vient d'où? Ca mène où?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Avec les nouvelles technologies, réseaux sociaux, etc... tout le monde se sent un peu star ;)
      Je ne sais pas où ça mène mais ça mène les gens.

      Supprimer
  4. C'est une vieille histoire juive et il ne s'agit pas d'une grand-mère mais d'une vraie mère juive ! A l'hospice, grand-mère Schuhl !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci pour la précision, mais ça change quoi au juste ?
      Et si l'enfant était un enfant volé ? Bigre !

      Supprimer
  5. Cela me rappelle un peu un extrait de Debout payé de Gauz, observations d'un vigile en magasin
    "Iphone : Une jeune fille essaie des lunettes et se mire avec son iphone, fonction 'Facetime'. A côté d'elle, un grand miroir descend du plafond jusqu'au plancher.
    Des filles essaient des tenues dans les cabines d'essayage, puis se photographient sous tous les angles avec leurs iphones. Ensuite, c'est autour de l'écran qu'elles discutent de leurs choix. Le pixel a pris le pouvoir sur la rétine."

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bravo d'avoir pensé à cet extrait. C'est absolument ce qui se passe aujourd'hui et c'est vrai, les petits écrans pixelisés ont pris le pouvoir.
      «Oh mon bel iPhone dis-moi si je suis....»

      Supprimer
  6. L'ennui des selfies c'est que de si près...on louche! ;-)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Les selfies sont donc affaire de coquetterie... !?

      Supprimer
  7. J'adore, tellement juste !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bonjour Pascale, j'espère que vous allez bien. Juste et peut-être inquiétant, voir l'extrait de Keisha.

      Supprimer
  8. L'extrait de Keisha complète le vôtre et on reste un peu sidéré tout de même. C'est plus important de prendre une photo que de vivre le moment qui se présente. Ça laisse une impression de vide sidéral.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Lorsque j'observe dans les transports en commun, en promenade, le nombre de personnes (j'allais dire jeunes mais je ne veux pas me focaliser sur eux) qui ont le nez dans leur smartphone, que voient-ils encore de ce qui les entoure réellement ? Il n'y a plus rien à voir hormis l'écran ?
      J'ai un plaisir (idiot ?) à regarder par la fenêtre du bus, même si je passe aux mêmes endroits chaque jour. Chacun son truc.

      Supprimer
    2. Oui, c'est essentiel de ne plus perdre l'envie de regarder autrement, de redécouvrir un paysage connu. Je marche/cours toujours sur le même trajet, sans me lasser, la nature n'est jamais la même, forcément, et les animaux assurent le spectacle!
      Tiens, cela me rappelle Espèces d'espaces (Pérec, je vous le recommande)) qui préconisait des 'exercices' de ce genre, mais dans Paris.
      J'ajouterai que j'ai fait un grand voyage dans ma vie, sans appareil photo , il ne reste bien que les images dans la tête, mais sur place on se sent libre (rétrospectivement j'aurais quand même pu prendre des photos pour sauvegarder certains moments)

      Supprimer
    3. Très intéressant ce que vous dites du voyage sans appareil photo. Très intéressé, passionné souvent par la photo, j'ai appris aussi que si l'on part avec ce but, avec son matos, il faut oublier de vraiment «voir». On cherche quelque chose, ce qui vaut LA photo, la technique, mais on ne regarde pas d'un œil détaché et détendu pour s'imprégner réellement d'un lieu. C'est pourquoi je prends moins souvent mes appareils avec moi si j'ai vraiment envie de «profiter».
      Je trouve que les souvenirs en tête, déformés peut-être, ont une autre dimension que les photos. C'est complémentaire en fin de compte. Mais à choisir, lesquels garderais-je...?

      Supprimer
  9. Je pense que l'on est en plein dans l'ère de la non-communication et que tout ce qui pourra mettre en avant l'égoïsme plaira. Donc je ne suis pas étonnée et plutôt que d'en pleurer je préfère en rire, Christian.

    Vous parlez de photo en voyage, voici un exemple récent : un couple de chinois nous demande de les prendre en photo avec leur téléphone devant une très belle montagne. La première ne plaît pas car on ne les voit pas assez. La deuxième, malgré un plan plus rapproché, idem. A la troisième, on se fait littéralement insulter car on ne sait pas prendre une photo. Moralité, il aurait été plus simple de nous demander un portait, sans fond. En studio, c'eût été parfait...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. En rire, je ne sais pas (le sourire me vient mal quand je peste) mais en tous cas souligner le positif quand on en trouve :)
      Ainsi, question anecdote photo, alors que je photographiais ma compagne (Serres de Laeken, Bruxelles), une dame très courtoise s'est proposée pour nous photographier tout deux, devançant nos souhaits. Et la photo était soignée. (Mais je ne raffole pas de de ce genre de clichés).

      Supprimer
  10. j'aime beaucoup ce billet et la la photo
    sourire garanti au texte comme à l'image
    merci

    RépondreSupprimer
  11. Partout ce filtre entre le réel et sa représentation, ça en devient inquiétant.
    Sans nos moyens techniques et nos multiples prothèses, serions-nous encore simplement "humains " ?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je crois que tout devient de plus en plus sophistiqué, techniquement évolué, «aseptisé» c'est-à-dire plus artificiel, et le défi pour l'avenir sera de préserver notre part d'humanité, sans la mettre en danger. Je me rends compte que je dis la même chose que vous...

      Supprimer
  12. La photographie que vous proposez me fait peur !
    Quant à nos moyens nouveaux de "communication", cela me laisse perplexe. Par exemple, au travail, le fait que les gens se parlent par mail mais ne font plus l'effort d'échanger en face à face :-((

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je ne propose rien ! Mais nous devons constater des dérives navrantes. La communication change de forme, s'en inquiéter, s'en effrayer peut sembler très «réactionnaire»... mais il y a des attitudes surprenantes.
      Là, ce que nous faisons, cette communication sans se connaître beaucoup (comment êtes-vous, qui êtes-vous, êtes-vous une seule personne au bout de la ligne ?) offre quand même les avantages, des aspects positifs, donc tout n'est pas à jeter dans les nouveaux médias...
      À bientôt Margotte.

      Supprimer
    2. @Christw : je peux vous l'affirmer, Margotte n'est qu'une seule et même personne... une seule suffit ;-)
      Et bien sûr, tout n'est pas à jeter dans les nouveaux médias, ce qui n'empêche pas d'avoir une pensée critique à leur propos. Je suis la première à les utiliser (la preuve, mon blog...) mais je n'aime pas certaines dérives qui leur sont liées. Bonne soirée à vous !

      Supprimer
    3. Merci de préciser votre unicité ;)
      Pour ma part, mon «Moi» est trop multiple pour que j'ose vous affirmer que vous avez au bout de la ligne chaque fois le même Christw... ;)

      Supprimer