28 juin 2015

Suspenses de Minuit


Je vois quelques raisons objectives de les présenter ensemble : il s'agit de deux suspenses chez Minuit et lus à la volée... Autre point commun : le personnage central à la source de l'action (des forfaits) est le narrateur. J'ai recours au terme "suspense" (thriller) alors que chacun recèle, dans sa forme, bien davantage qu'un simple récit policier, ce qui justifie encore le jumelage.

La fille de mon meilleur ami propose les ingrédients habituels d'un Ravey type : écriture lapidaire, tension basée sur l'incertitude, jeu de maître sur les zones d'ombre, inquiétude entretenue par l'économie de mots. Chaque phrase, chaque geste anodin, cache une bombe ou un pétard mouillé, germe d'intérêt soutenu. Avec un personnage principal insaisissable : un peu malhonnête, truand, malchanceux ? On ne sait tout qu'à la dernière ligne.
Un roman noir réinventé. C'est le plus récent de la série de cet auteur, qui tient bien le cap depuis plus de vingt ans. Je n'en dirai rien de plus que la quatrième de couverture.

Insoupçonnable : Tanguy Viel, c'est la classe pure. Il vous emballe toujours son récit dans du papier luxe, une prose empruntée et superbe qui a un ton et le chic. Cette tragédie policière à quatre, basée sur un mariage comploté tient en haleine jusqu'à une conclusion... insoupçonnable. 
Du grand art, pas pur noir mais ciselé. J'ai déjà beaucoup commenté l'auteur auparavant, valeur sûre (consultez les liens de la liste des auteurs). Un extrait demain.




15 commentaires:

  1. Je vais noter ces deux références ! Merci.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ils doivent se trouver facilement en médiathèque. Bon dimanche.

      Supprimer
  2. mes lectures sont au point mort en ce moment et le blog vit sur des acquis antérieurs, je n'arrive plus à m'intéresser à la fiction, ça reviendra bien un jour

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Il y a des périodes comme cela. Quand c 'est le cas, je vais vers les documents, les essais ou encore la presse avec articles de fond. Je trouve normales ces absences de la fiction. On a besoin de périodes de ressourcement dans tous les domaines et dans mon cas, elles correspondent souvent à des temps morts. J'espère que vous aller retrouver l'envie bientôt, passez un beau dimanche, Dominique, malgré tout.

      Supprimer
  3. Insoupçonnable me tente très fort, à cause de / et grâce à vous!
    Je dis à cause car je ne sais où donner des yeux tellement ma liseuse et ma table sont pleines de piles attirantes!
    Bon dimanche à vous.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Malgré que j'aligne ces deux livres, il ont leur cachet singulier, et le cachet de "Insoupçonnable" ne manque pas d'attraits côté littéraire.
      Des subtilités aussi, dans l'extrait demain il y a une phrase qu'on ne saurait comprendre pleinement qu'après lecture complète, sorte d'auto-réflexion narrative. Mais mieux vaut ne pas en dire trop.
      L'auteur se doit d'être à la hauteur de la réputation de l'éditeur...
      Bon dimanche, à bientôt.

      Supprimer
  4. Insoupçonnable a été l'occasion de ma découverte de Ravey! Je me souviens, j'en ai parlé à une collègue, qui l'a acheté... (avant blog, j'étais déjà dangereuse, il faut croire)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Rappel d'un bon souvenir alors ? Avez-vous continué avec cet auteur ?
      Le contour flou de ses protagonistes les rend incroyablement proches et saisissants je trouve, mais aussi inquiétants. C'est vraiment intéressant cette façon de raconter.
      À bientôt Keisha, ménagez le portefeuille de vos ami(e)s avec vos enthousiasmes livresques !

      Supprimer
    2. Oups, c'était de Viel , la chaleur commence à me griller les neurones... j'aime aussi Ravey, bien sûr.

      Supprimer
    3. Je n'avais pas vu l'erreur je l'avoue.... Mais un Viel vaut bien un Ravey allez...

      Supprimer
  5. J'ai lu tous les Ravey, ils ont tous du charme, chacun à sa façon. Bonnes lectures !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Et Tanguy Viel ? J'en trouve deux chez vous dont "Insoupçonnable", mais à moins que vous me le disiez, je ne sais pas en quoi Viel serait l'insoupçonnable, même si je le devine...;)
      Bonne semaine Pascale !

      PS : J'ai apprécié "La centrale" de Elisabeth Filhol, vite et bien lu, je devrais en faire un billet.

      Supprimer
  6. Chouette pour "La Centrale" ! Quant à Viel il m'a pas mal déçue depuis donc je ne suis pas pas la meilleure conseillère... (Me souviens plus trop, je vous réponds dès que je suis rentrée, je randonne en ce moment dans les gorges du Verdon et n'ai pas la tête à la lecture)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bonne randonnée ! J'aime beaucoup la région des gorges.
      Demain, c'est mon tour de profiter du grand air pour quelques jours.
      À bientôt !

      Supprimer
  7. Bel air à vous !

    RépondreSupprimer