29 septembre 2015

Le superflu des grands marchands

© Commerce mondial : la démocratie confisquée

Les devoirs accomplis, lorsque les factures sont payées, lorsque le bilan santé est stable, plus ou moins optimiste selon l'âge et le moment, la majorité des gens ont le loisir de se préoccuper de grands problèmes. Ceux-ci, de manière très estimable, tourneront volontiers autour de sujets régulièrement alimentés par les médias comme la politique, l'économie, l'écologie (je place les sports, les arts, les passe-temps... au rang du divertissement). Ils seront donc souvent soucieux de :

          - la protection de la démocratie
          - la protection de la nature
          - la probité de la haute finance internationale (qui impacte leur épargne).

Je lis dans Manière de voir (juin-juillet 2015) : Les artisans du GMT admettent eux-mêmes que leur objectif premier n'est pas d'alléger les contraintes douanières, de toute façon insignifiantes, mais d'imposer «l'élimination, la réduction ou la prévention de politiques nationales superflues», étant considéré comme «superflu» tout ce qui ralentit l'écoulement des marchandises, comme la régulation de la finance, la lutte contre le réchauffement climatique ou l'exercice de la démocratie.[1]

CQFD.

[1] article de Lori M. Wallach (Directrice de Citizen's Global Trade Watch)


3 commentaires: