18 février 2016

L'édition déboussolée

Pour un éditeur tel que Hachette Livre, habitué à voir Le Figaro littéraire, Les Lettres françaises, La Quinzaine littéraire, Le Magazine littéraire dans un premier temps, puis Télérama, Le Monde, Libération dans un second, pousser à la vente avant que Bernard Pivot, avec Apostrophes puis Bouillon de culture, ne devienne le prescripteur principal, le choc est rude. En passant du magazine culturel spécialisé, ou du cahier «livres» d'un grand quotidien national à la télévision, il avait fallu s'adapter mais on demeurait encore à l'intérieur d'un univers où les journalistes prescripteurs étaient de forts lecteurs. Aujourd'hui, il ne s'agit plus de cela mais de l'apparition d'un tourbillon – le fameux mainstream – dans lequel une blogueuse spécialiste de cosmétiques et de produits de beauté est transformée en pseudo-écrivain capable d'émouvoir les foules, ce qui bouscule toutes les habitudes et rebat toutes les cartes que croyaient posséder les éditeurs. Imaginons en effet Emma Bovary écrivant elle-même la romance sentimentale qu'elle rêvait de vivre et Gustave Flaubert achetant #Enjoy Emma ou Emma Girl Online[*] pour comprendre son époque ! Il eut poussé des cris «hénaurmes», car les éditeurs qui publient sur papier ou en fichiers numériques, les héroïnes des blogs des réseaux sociaux sont en train de remplacer leurs aînés et de provoquer ce tsunami dont nul ne sait quand il se retirera et même s'il s'en retournera un jour après avoir détruit toutes les barrières qui maintenaient le livre dans un univers à peu près stable et contrôlable.

Jean-Yves Mollier - Hachette, le géant aux ailes brisées (2015)




Un compte-rendu du livre dans les prochains jours.

[*] Allusions à Girl Online, écrit par Zoella, Youtubeuse de choc, publié par Penguin Book et à #Enjoy Marie de Maria Lopez en France.

8 commentaires:

  1. C'est sûr qu'ils ont un problème, et sérieux. Nous verrons ce que ce livre en dira...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je prépare le compte-rendu de ce livre dont le seul titre dit déjà tout. La somme du chiffre d'affaires des dix plus grands groupes d'édition au monde n'atteint pas la moitié de celui d'Amazon. La dernière décennie fut ravageuse.
      Après-demain le billet, j'espère, merci de passer Sibylline.

      Supprimer
  2. J'ai hâte d'en savoir davantage.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Demain en principe, dimanche ou lundi si j'avais un imprevu.

      Supprimer
  3. Le bouleversement est grand, mais pas trop intéressant si ce n'est que comme phénomène sociologique...oui j'attends la suite moi aussi, sans vous presser!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je trouve les bouleversements sociologiques très intéressants, mais c'est selon chacun(e)...

      Supprimer
    2. Je me suis sans doute mal exprimée et je m'y intéresse énormément, c'est la qualité littéraire de ces écrits qui...
      Bon weekend.

      Supprimer
    3. Oui Colette, j'y ai repensé après, un peu étonné, et me suis dit que vous vouliez plutôt dire cela : c'est vrai, ces machins ne valent rien.
      Bonne soirée.

      Supprimer