22 juin 2016

Le poids des expressions et locutions

Alain Rey et Sophie Chantreau


"...les formes du langage sont susceptibles d'être déviées de leur emploi premier 
par des mouvements simples, réguliers, comparables aux transformations,
translations, rotations... des géomètres."


«Ce dictionnaire fera la joie des érudits et des curieux», conclut Irène Tamba-Mecz sur Persée dans l'article qu'elle lui consacre. Si vous n'avez pas la prétention de figurer parmi les premiers, les atouts d'un tel ouvrage adhéreront au titre de curieux de la langue française auquel vous devriez prétendre si vous êtes coutumier de ce blog.

Je ne vais pas me livrer à un compte-rendu détaillé du volume, la spécialiste précitée en donne un aperçu très compétent.

Ma première remarque ira à la commodité des dictionnaires numériques : une personne un peu initiée et équipée d'une connexion internet aisément disponible tendra à éviter l'encombrant kilo et demi de pages imprimées et se tournera vers les possibilités offertes par la toile pour éclairer une expression française (en outre, le présent Robert existe en version epub et Kindle). Pour ma part, si le réflexe numérique est de mise en cas de questionnement, je prends plaisir à musarder dans ce gros volume imprimé, au petit bonheur et dans la détente, à des moments à l'évidence pas perdus.

La recherche se fait sur le(s) substantif(s) significatif(s) de l'expression. S'il y en a plusieurs, le dictionnaire renvoie au bon endroit. Exemple "Reprendre du poil de la bête" est défini sous "poil" et si l'on recherche "bête", redirection vers "poil".


"Une étude des types de locutions prêtées à César Birotteau ou à Grandet, 
aux Thénardier ou à Gavroche, à Homais ou à Pécuchet 
dégagerait sans doute leurs caractères sociaux tout autant que 
la description de leurs gestes et de leur vêtement."


Au départ, le choix de ce dictionnaire à l'occasion de l'opération "Masse critique" (merci à Babelio et aux dictionnaires Le Robert) était motivé par mon intérêt pour l'étymologie des locutions et expressions. Dans la préface, Alain Rey précise toutefois qu'elle s'avère souvent très difficile à déterminer de manière fiable et nombre de tentatives pour en éclairer les origines historiques relèvent de la fantaisie, au mépris des considérations philologiques et linguistiques les plus élémentaires privilégiées par Le Robert. La référence en cette matière, précise Rey, reste le Dictionnaire étymologique du français de Walther von Wartburg qui permet de rectifier maintes contre-vérités pseudo-historiques. Le Robert se montre donc très prudent et livre moins d'étymologies qu'attendues, bien que certaines soient copieusement détaillées. 

Ainsi l'exemple "Reprendre du poil de la bête" provient d'une croyance populaire ancienne qui voulait qu'on applique sur la morsure un poil de la bête qui a mordu afin de la guérir. Ce qui n'explique pas "du poil" plutôt que "un poil", ni "reprendre" au lieu de "prendre", pour lesquels Le Robert tente quelques explications qui témoignent des dynamiques d'une langue vivante, de ses contaminations lexicales, favorisées par l'ambiguïté des constructions syntaxiques.



De prime abord, le grand nombre d'expressions connues, utilisées couramment, étonne et le futé à la recherche d'expressions rares et originales sera désappointé. Un tel volume comblera d'abord les étrangers et les curieux des manières de parler stéréotypées et figurées du français, bien qu'il ne s'agisse en aucune façon d'un dictionnaire bi-lingue qui proposerait des équivalences.


"Les ensembles de mots qui forment "locution" ou "expression" n'étant pas toujours 
d'une grande stabilité formelle et supposant des repérages par le sens, 
ils ne sont que très partiellement à la portée de l'ordinateur."



En vous proposant d'en feuilleter quelques pages, je vous confie que malgré les réserves dues à son poids, à l'abandon de la couverture d'antan en carton rigide au profit d'une plus souple, on se promène agréablement dans cet ouvrage de référence que je poserais volontiers sur la pile de mes livres de chevet.

Les citations en italique sont extraites de la préface due à Alain Rey.



Absent quelques jours, je ne désactive pas la modération des commentaires, 
car j'espère rester connecté. 
À bientôt, prenez bien soin de vous et de vos livres.

18 commentaires:

  1. Voilà un ouvrage qui m'intéresse ! Oh oui !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Sans me payer de mots et sans les mâcher : d'accord !
      Car K n'est jamais sans mot dire, sans un mot plus haut que l'autre, mais si on le prend au mot, on ne sait jamais le fin mot de l'histoire : les interférences à géométrie variables y ont le dernier mot.
      Qu'on se donne le mot, les mots K, c'est du gâteau !

      Supprimer
    2. Cher Christw, vous voilà déchaîné, pas moins !
      (Et merci !)

      Supprimer
  2. Il m'intéresse énormément moi aussi!
    merci et bonne pause Christian.

    RépondreSupprimer
  3. Je note cette référence dans un coin... tiens, "dans un coin", voilà qui doit figurer dans ce dictionnaire non ?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Entre le coin du feu, le petit coin et le coin perdu, je ne trouve pas trace de "dans un coin", du moins dans ce dictionnaire. J'ai trouvé d'autres expressions que j'utilise parfois et qui n'y figurent pas (exemple : pour " à fond de balle" qu'on utilise ici, j'y ai trouvé "à fond les ballons").

      La préface de Alain Rey explique quelque peu comment les expressions et locutions entrent dans Le Robert.

      Supprimer
  4. Forcément un indispensable où picorer? (et je possède toujours mes deux volumes du Robert bien vieux mais usités pour mes mots croisés)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Picorer, peut-être pas indispensable, mais profitable.
      Mis à part un ou deux vieux Collins de poche, je n'ai plus de gros dictionnaires imprimmés sous la main.

      Supprimer
  5. Chouette billet d'un blogueur qui ne se paie pas de mots !
    Je suis tout à fait d'accord sur l'avantage au numérique pour ces livres de référence. Celui-ci rend service aussi à ceux pour qui le français est une langue étrangère, les expressions leur posent tant de problèmes.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci Tania. En matière de dictionnaires numériques, je trouve que ceux de synonymes sont d'une grande efficacite. Mais j'ai toujours un petit poche "Trouver le mot juste' dont je me souviens en écrivant ceci.
      Bon week-end.

      Supprimer
  6. un livre qui aussitôt attire mon attention, si il y a une version numérique je vais me laisser tenter doublement

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est un dictionnaire qui, comme tous les livres, n'est évidemment pas beaucoup moins cher en numérique...

      Supprimer
    2. Bon, je ne parviens tj pas à mettre un nouveau com, je me glisse donc sous un autre : le Robert, c'est bien, mais un peu classique aussi : pour apprendre des choses dans un registre un peu plus familier, et joindre ainsi l'agréable à l'utile, on peut aussi, par exemple et entre autres, aller voir par là, chez Bernet et Rézeau : On va le dire comme ça, et : C'est comme les cheveux d'Eléonore ... : https://www.google.fr/search?q=on+va+le+dire+comme+%C3%A7a+c%27est+comme+les+cheveux+d%27El%C3%A9onore&client=firefox-b&source=lnms&tbm=isch&sa=X&ved=0ahUKEwjWrs-v69TNAhWGZpoKHfWvAt4Q_AUICSgC&biw=1920&bih=924#tbm=isch&q=bernet+r%C3%A9zeau

      Supprimer
    3. Merci merci d'apporter un dictionnaire moins traditionnel.
      Tout à fait d'accord avec cet avis, je crois que l'on s'amusera davantage et utilement avec le Bernet et Rézeau.

      Je ne sais pas s'il y a des problèmes pour publier des commentaires, j'essaie avec et hors connexion, ça fonctionne pour moi.
      Merci en tous cas, Nikole, de passer ici régulièrement.

      Supprimer
  7. Mais voici un dictionnaire qui va bientôt figurer sur mes étagères ! Merci beaucoup de me le signaler.
    A très bientôt.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Il y trouvera une bonne place, j'en suis sûr.
      À bientôt.

      Supprimer