4 janvier 2017

Laure sans frein

"Imaginez-vous la force qu'il faut pour avancer, comme elle, sans but ? Pour ne suivre que ses pulsions, ne rien construire et s'abandonner sans frein à l'urgence ? Représentez-vous la chose, souvenez-vous des rares moments où vous avez pleinement habité le présent, et étirez ces instants aux dimensions de toute une vie : vous comprenez, maintenant ?"
"Dans tout ce qui advient j'ai cherché sa trace, et scruté chaque visage pour y retrouver le sien. Mais rien n'est apparu. Alors j'essaie de chanter son histoire, même si elle est incomplète, même si les détails manquent et que j'oublie des étapes, saute des paliers, et m'embrouille dans la chronologie, tant et si bien que je dois constamment reprendre au point de départ et que, loin du panégyrique limpide que je voulais prêcher, mon récit lancine à une allure de porte qui claque, de volet qui bat, de chat qui miaule, chassant sur son ancre, reprisant son motif, chaque élan venant immanquablement se briser dans sa course, chaque élévation retombant sur elle-même; comme si, fuyante, éparpillée, dissolue, Laure échappait au jeu du discours même, comme si aucune phrase ne parvenait à fixer son mouvement et qu'elle passait, légère, à travers le lexique, sans en déranger l'ordonnance."

Philippe Vasset - La légende

Lek, Sowat, Baudelocque

4 commentaires:

  1. Très belle phrase pour "chanter" l'histoire de Laure, et votre illustration y correspond parfaitement.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je suis content que vous y soyez sensible.

      Supprimer
  2. En effet, voilà une écriture exigeante : cela fait du bien :-) Me voilà impressionnée par la longue et belle phrase du 2de paragraphe !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Le roman est particulier mais par dessus tout l'écriture m'a emporté.

      Supprimer