1 février 2017

1945, Islande

Ingjaldur de Hóll affirma alors d'un air sentencieux que jamais l'homme n'avait fabriqué d'outil qu'il ne pût maîtriser lui-même.
Un ouvrier agricole de Raudamel, bien gominé, se leva et dit pouvoir citer un exemple du contraire : Hédinn de Klaufnabrekka s'était fabriqué une brouette bien trop grande, l'avait remplie de bouse de vache et s'était mis en route pour descendre au pré du bas de la pente. Il avait soudain perdu le contrôle de la brouette qui était passée par-dessus le talus du fossé, où elle se trouvait encore.
Après cette histoire du tâcheron, le silence s'abattit sur l'assistance.

Bergsveinn Birgisson - La lettre à Helga

Hiroshima

4 commentaires:

  1. Les outils et les hommes, voilà qui me parle beaucoup. Mon mari vient d'en fabriquer un pour cueillir les avocats sans monter dans l'arbre ni les abîmer...
    Bonne soirée Christian.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Voilà un exemple plus pragmatique et positif que l'image allégorique utilisée dans l'extrait ! Compliments à votre mari, et bonne soirée.

      Supprimer
  2. Un passage d'une belle concision - on entend ce silence.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. De petites choses simples, comme un silence que vous entendez aussi, dans cette drôle de lettre.

      Supprimer