29 mars 2017

L'attente

"Je pense avoir vécu l'attente à l'état pur, je veux dire celle où l'on n'attend pas quelque chose. L'attente de rien. [...]. On vous aligne, on vous fait marcher jusqu'au coin du casernement. Et là, on vous dit : «Attendez !» Quoi ? [...]. 
Le bidasse en treillis est ainsi semblable, malgré les apparences, aux personnages de Piero della Francesca, montrant par leur froideur même qu'ils vivent dans l'éternel présent de l'homme sans passé ni avenir. Ils sont, un point c'est tout."
Roger Grenier - Le palais des livres 



Dans un très beau chapitre consacré à l'attente, je suis sensible à la référence picturale de Roger Grenier, Piero della Francesca du quattrocento. Des gens dans une éternité de l'instant, comme ceux d'Edward Hopper, peintre de l'attente. Plus loin, Grenier mentionne "La bête dans la jungle" d'Henry James : "Soudain il comprend le sens de l'attente. Il avait été l'homme à qui rien ne doit jamais arriver.Puis bien sûr "Le désert des Tartares" de Buzzati, l'éternel retour du temps pour les créatures de Samuel Beckett ou encore l'incroyable nouvelle "To-morrow" de Conrad.  

Je vous entretiendrai de ce palais de la lecture et de ses chemins buissonniers dans un prochain billet, quand j'aurai terminé la lecture. Avant cela, dans quelques jours, le compte-rendu du roman désopilant du caustique Jean Le Gall, "Les lois de l'apogée".  

5 commentaires:

  1. L'attente, voilà un sujet inspirant auquel je n'ai jamais dédié de longues réflexions; très intéressant donc.
    Les illustrations sont si parlantes...à bientôt alors!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Au départ de sujets aussi variés que les faits-divers, l'attente, "s'en aller" (c-à-d le suicide), la vie privée (j'en suis là) etc... Roger Grenier propose de les regarder à travers la littérature. Sur la vie privée, par exemple, il arrive au différent Proust-Sainte-Beuve (l'homme vs l'œuvre) : alors qu'on croit avoir opté pour l'un ou l'autre, il propose des interprétations d'auteurs qui sèment le doute. Une balade libre et décontractée.
      Bon week-end Colette.

      Supprimer
  2. L'attente est un thème qui m'est cher. Toutefois, je n'aurais jamais fait le lien entre les bidasses et les peintures de Pietro Della Francesca ou d'Hopper.... Cela me donne envie de relire Le désert des tartares, ou le rivage des syrtes...
    Bonne journée.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. "Des vies entières se passent dans l'illusion que rien n'est commencé", écrit Roger Grenier. L'attente est à la fois espoir et résignation.

      Il paraît que l'idée du "Désert des Tartares" est venue a Buzzati en voyant ses collègues au Corriere della sera" guetter le scoop.

      Supprimer
    2. Ah oui ? Je ne savais pas.... C'est trop drôle !

      Supprimer