12 janvier 2014

Vieil imposteur

Source www.abbatah.com
— [...]. Tu m'as menti, Wang-Fô, vieil imposteur : le monde n'est qu'un amas de taches confuses, jetées sur le vide par un peintre insensé, sans cesse effacées par nos larmes. Le royaume de Han n'est pas le plus beau des royaumes et je ne suis pas l'Empereur. Le seul empire sur lequel il vaille la peine de régner est celui où tu pénètres, vieux Wang, par le chemin des Mille Courbes et des Dix mille Couleurs. Toi seul règne en paix sur des montagnes couvertes d'une neige qui ne peut fondre, et sur des champs de narcisses qui ne peuvent pas mourir. [...].

Marguerite Yourcenar - Comment Wang-Fô fut sauvé (Nouvelles orientales)

Commentaires



Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire