19 décembre 2013

J'aurais écrit cela

Ce sont surtout des choses comme ça, ai-je souvent pensé, que le romancier américain aurait écrites, je veux dire, pas seulement l’odeur des pins dans la nuit éclairée, pas seulement le bruissement des érables dans le vent du soir, mais de quoi déchiffrer sur les plissements des fronts, dans l’inquiétude des lèvres, ce qui se passait dans la tête de chacun, les pensées passagères et les désirs souterrains, là, dans le jardin des Koster, la façon de se pencher de Becky quand elle aidait Susan à mettre les choses sur la table – on aurait dit qu’elle avait calculé au détail près à partir de quel bouton mal fermé on pourrait deviner le départ de ses seins, la façon dont Alex lui souriait un peu gêné, à Becky Amberson, et celle dont Susan la regardait se pencher pour qu’on puisse lire sur son visage à elle, Susan, dans le mouvement d’œil qui l’amenait aussi vite sur le regard fuyant d’Alex, qu’on puisse y lire, non pas qui était Becky, non pas qui était Alex mais peut-être qui était Susan, et toutes ces choses qui méritaient des pages et des pages pour qu’on comprenne ce qui allait se passer, ou qu’on croyait qui allait se passer, vu que certaines choses ne se passeraient pas et certaines autres, oui.

Commentaires


Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire