20 décembre 2016

Quel bonheur ?

Il faut lire, il faut lire...
Et si, au lieu d'exiger la lecture le professeur décidait soudain de partager son propre bonheur de lire ?
Le bonheur de lire ? Qu'est-ce que c'est que ça, le bonheur de lire ?

Daniel Pennac - Comme un roman (1992)

Un livre, tu dis, – euh –  ça se branche sur quoi ?
Ton esprit.

8 commentaires:

  1. j'applaudis des deux mains, j'ai le souvenir en 4ème d'un professeur de français dont je n'ai jamais oublié le nom, une fois par semaine elle passait les 2 h de cours à lire, colette, vipère au poings, le grand Meaulnes et que sais je encore, je crois qu'elle n'a pas perdu son temps; la librairie dans la rue du collège, une vieille librairie tenue par deux vieilles filles acariâtres, était envahie sitôt que nous étions sorties (oui c'était un lycée de filles !!) et nous commandions le livre de poche dont on venait de nous faire la lecture
    j'avais déjà beaucoup lu mais elle m'a ouvert les portes de la littérature en nous prenant ainsi par la main

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Belle histoire: du vécu pour ilustrer ce sacré bonheur ! Merci.

      Supprimer
  2. Je n'ai pas connu ce type de transmission et je le regrette ; c'est un viatique précieux pour commencer sa vie de lectrice.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Vous vous rattrapez, c'est l'essentiel ! Notez que je n'ai pas eu de prof comme Dominique, mais une bibliothecaire bonne conseillère.

      Supprimer
  3. Réponses
    1. Enseignante, du vecu aussi sans doute ?!

      Supprimer
  4. Cette année, j'ai fait lire à mes élèves Le silence de la mer, de Vercors. Ils lisaient les uns après les autres. A un moment, j'ai dit : "Ah, maintenant, c'est moi qui lis, c'est trop beau, ce passage !". Et j'ai lu, à voix haute. Peu à peu, les élèves ont laissé leur livre pour m'écouter, bouche bée et quand j'ai terminé, nous sommes restés longtemps en silence. Ils m'ont ensuite bombardée de questions sur le livre, sur ma lecture, sur mes lectures. C'était chouette. Un vrai bonheur.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. La preuve que rien n'est perdu, nous avons des raisons d'y croire. Merci Bonheur.

      Supprimer