23 décembre 2014

À jamais inextinguible

J'ai enfoui ma tête 
dans ses vêtements. Un
grésillement de brûlure.

Tout s'arrêta, à jamais
inextinguible. Pierre
pour le four, tête
de glaçure.

Et lentement explosa
la littérature.

Tom Lanoye - En épigraphe de Les Boîtes en carton (Traduction Alain Van Crugten)


The bathers - Henri Scott Tuke (1888)

2 commentaires:

  1. Ble ensemble mots et images!
    Connaissez-vous le peintre chilien Benito Rebolledo? Il a peint une série d'enfants nus sur les plages, certains tableaux sont fort beaux, une lumière particulière http://boverijuancarlospintores.blogspot.com.es/2011/12/benito-rebolledo.html

    Merci pour le livre envoyé, il est chargé sur mon Kindle...j'ai acheté les deux autres de Lanoye, tout est "engrangé" dans la liseuse.

    Bonne soirée, amicalement

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. En regardant les tableaux de Benito Rebolledo, (quelle lumière oui), j'ai vérifié que celui que j'ai posté est bien de H.S.Turke (quelle lumière itou) !

      Content que vous ayez trouvé les livres de Lanoye, je devrais faire bientôt un billet sur l'ours de Joy Sorman (je suppose qu'on vous l'a adapté au Kindle).

      Bonne soirée.

      Supprimer